INDONÉSIE
(mars 2021)

Accaparements massifs de terres des communautés autochtones et locales

Avaler les forêts indonésiennes
(Swallowing Indonesia’s forests)

Les nouveaux «Food Estate Programs / Programmes du Domaine Alimentaire» annoncés pour l'Indonésie entraîneront une augmentation de la faim et menaceront les populations locales et autochtones, les forêts régionales et le climat mondial

Un certain nombre de projets dénommés «Food Estate Programmes» ont été récemment annoncés par le gouvernement indonésien. Les informations limitées fournies par le gouvernement indonésien indiquent que les trois projets proposés pourraient couvrir environ :

- 770 000 hectares dans le Kalimantan central (Bornéo),
- 2 000 000 hectares en Papouasie (Nouvelle-Guinée) et
- 32 000 hectares dans le nord de Sumatra.

D'autres plans ont été annoncés pour le sud de Sumatra et le Kalimantan oriental et d'autres sont attendus.

Ces projets convertiraient les forêts de la «forêt permanente» pour d’autres utilisations (impliquant probablement une déforestation) ciblant :
- 630 000 hectares dans le Kalimantan central,
- 1 300 000 hectares en Papouasie occidentale et
- 32 000 hectares soit toutes les terres du projet dans le nord de Sumatra
Ces chiffres sont cependant à peine indicatifs, car les données officielles sont contredites par les données officielles récemment publiées.

Citant les impacts économiques de Covid-19, la nécessité de renouveler les investissements en Indonésie et l'escalade de la crise alimentaire, le gouvernement national indonésien a favorisé la mise en place de «mégaprojets de parcs alimentaires» qui permettent l'exploitation forestière et le défrichage de vastes étendues de terres boisées, offrant une manne les bénéfices de la vente du bois suivi de l'établissement de l'huile de palme et d'autres produits de base d'exportation sur les terres défrichées.

L'histoire de projets similaires dans un passé récent suggère que ces projets ne feront pas grand-chose pour garantir une alimentation saine aux populations locales. Le Mega Rice Project lancé en 1996 à Kalimantan (Bornéo) et le plus récent Merauke Integrated Food and Energy Estate (MIFEE) en Papouasie occidentale n'avaient pas grand-chose à voir avec l'alimentation des Indonésiens, et tout à voir avec le remplissage des coffres d'une petite poignée de personnes corrompues.

Le projet Mega Rice a également entraîné une catastrophe climatique mondiale en raison des émissions massives de gaz à effet de serre résultant de la conversion des terres et des feux de tourbe.

Compte tenu de ces échecs passés et constatant l’absence de mesures pour empêcher des résultats similaires, il est légitime de se demander si les «programmes du domaine alimentaire» ne parviendront pas non plus à atténuer les besoins alimentaires et, au contraire, entraîneront des accaparements de terres à grande échelle par des entreprises intéressées par les cultures axées sur l'exportation, dépouillant les communautés locales de leurs terres, et donc de leurs moyens de subsistance.

Malgré les mesures de secours post-Covid qui sont absolument nécessaires, elles doivent être basées sur les besoins des personnes.

La spéculation et l'accaparement des terres ne feront qu'aggraver
la crise alimentaire et les effets de la pandémie
.

La décision d’accorder des superficies aussi vastes à des entreprises agroalimentaires à grande échelle pour produire des produits destinés à l’exportation viole également la législation indonésienne et internationale, qui garantit les droits des communautés autochtones et locales sur leurs terres coutumières.

Les banques, les agences de développement et d'autres institutions peuvent recevoir des demandes de soutien à un ou plusieurs de ces projets du domaine alimentaire en tant que secours post-Covid. Ils ne devraient pas soutenir des projets qui menacent l’intégrité des écosystèmes et qui violent les droits des peuples autochtones et des communautés locales à leurs terres traditionnelles et au consentement libre, préalable et éclairé à toute utilisation de ces terres.

Sources

Texte complêt (en anglais)

www.gitpa.fr