01/2017

Suicides des jeunes Amérindiens en Guyane française

Colloque au Sénat le 30/11/2016

Les Amérindiens de Guyane française s’estiment toujours « Abandonnés par la République », comme ils l’ont martelé le 30 novembre 2016 lors du Colloque organisé à Paris par la sénatrice Aline Archimbaud.
En septembre 2014, nous avions publié l’ouvrage intitulé « Les Abandonnés de la République » . Nous y dressions le constat que les Amérindiens, en particulier ceux vivant à l’intérieur de la Guyane en forêt amazonienne le long des grands fleuves Maroni et Oyapock, vivaient dans des conditions déplorables, pas d’eau potable ni d’électricité, pas de services publics dans les villages, pas d’emplois, pas de perspectives, avec deux facteurs particulièrement inquiétants pour leur santé et leur avenir :

1) Un taux de suicide 5 à 10 fois plus élevé qu’en métropole, avec pour particularité des Amérindiens très jeunes – 12 à 15 ans pour certains d’entre eux – qui se suicident.
2) L’un des peuples au monde les plus contaminés par le mercure utilisé par les orpailleurs clandestins via la chaîne alimentaire – les Amérindiens se nourrissent largement des poissons des fleuves qui sont contaminés –

Face à ces deux périls, constat était dressé d’une action insuffisante – voire d’une inaction dans certains cas – de l’Etat français dont ils sont des citoyens à part entière.
Yves Gery


Mission confiée par le Premier ministre à deux parlementaires
Lettre de mission


Rapport du 30 novembre 2015 à Monsieur le Premier ministre

Rapport


Colloque au Sénat le 30 novembre 2016

deux documents sont mis en accés

- des extraits du compte rendu rédigé par Yves Gery
- l'émission du 30 / 11 sur France culture : Comment enrayer le suicide des jeunes Amérindiens en Guyane française ?


Aline ARCHAMBAUD ,
Sénatrice de Seine -Saint -Denis

"Les jeunes sont attirés par la modernité mais ils la découvrent de manière extrêmement brutale, violente."
Écouter


Chantal BERTHELOT
Députée de Guyane
"L'orpaillage: c’est visible, c’est un furoncle sur le nez de la France "
Extrait de son intervention


Tiwan COUCHILI

« L’école n’est pas du tout adaptée à notre façon de vivre, elle fait en sorte que l’on y perd son identité amérindienne »
Extrait de son intervention

Alain MINDJOUK
Kalina Teleweyu, fondateur d'une Association d'acceuil sur le littoral
des jeunes amérindiens de l'intérieur.


"Trop de constats, trop de chiffres, trop de rapports », mais pendant ce temps-là sur le terrain, rien n’a changé"

Extrait de son intervention


Alexandre SOMMER,
Secrétairegénéral de l'Organisation des Nations Autochtones de Guyane (ONAG)

"C’est une honte que de laisser cette population empoisonnée par le mercure »
Extrait de son intervention


Jocelyn THERESE
Président du Conseil Consultatif des Populations Amérindiennes et Bushinengues (CCPAB)

"Nous sommes venus pour dire au gouvernement de prendre des dispositions législatives pour que nos droits à la décision soient assurés"
Écouter

Informations sur les indiens de la Guyane française sur le site du GITPA

www.gitpa.fr